La réunion organisée mardi soir, à Jussy,
en faveur de la redevance incitative,

a rassemblé une centaine de personnes, surtout du Coulangeois.

3451863Pris de court par l'affluence, il leur a fallu changer de lieu. Pour rejoindre la salle des fêtes de Jussy, assez grande pour accueillir la centaine de personnes présente, hier soir, à la réunion organisée par le collectif pour le maintien de la redevance incitative ( voir notre édition d'hier).

 

En projet, l'écriture d'une délibération

Un rendez-vous qui a, surtout, été l'occasion pour les habitants des huit villages de l'ancienne communauté de communes du Pays coulangeois – CCPC, intégrées à l'agglomération auxerroise (CAA) au 1 er janvier dernier –, très largement majoritaires, de rappeler leur attachement à ce mode de gestion des déchets qui fonctionne sur le principe du pollueur-payeur. Alors que la CAA applique un système de taxe.

« Nous étions dans les 50 collectivités pionnières il y a dix ans », a plaidé Danièle Boisson-Bergot, l'une des membres du collectif. Ce dernier craint, avec la fusion des intercommunalités, une détérioration, voire une disparition du service. Et invoque, en faveur de sa pérennité, des arguments de justice fiscale et de défense de l'environnement.

« Nous faisons un travail de fond pour voir comment la redevance incitative peut s'appliquer à l'échelle de l'agglomération », a assuré Patrick Barbotin, maire de Jussy, en charge des déchets à la CAA. Tout en appelant à la patience. « Il est très clair que la procédure peut mettre trois à quatre ans. »

Appelant à davantage de concertation et à la mise en place de réunions conjointes avec la collectivité, le collectif prévoit la rédaction d'une délibération, dont il souhaite qu'elle soit ensuite présentée aux conseils municipaux des communes de l'Auxerrois, pour qu'une décision soit prise en faveur de leur dispositif.

Laurenne Jannot - Yonne Républicaine